Cette section explique les étapes de fabrication spécifiques associées aux tapis tissés à la main, par opposition aux autres types de tapis faits à la main, tels que les tapis noués, les tapis touffetés ou les tapis à crochets. Les tapis, qu'ils soient noués ou tissés, sont tous deux faits à la main, mais chacun utilise une technique de tissage unique qui affecte leur qualité, leur texture, leur complexité de conception et leur prix. Pour en savoir plus sur les étapes générales de fabrication d'un tapis fait à la main avant le tissage, veuillez vous référer à la section «Étapes préliminaires».

1. La lecture du talim


Vidéo clip intitulé « Kashmir Carpet Making: Reading of the Talim », soit « La fabrication de tapis au Cachemire: La lecture du Talim ».
Publié le 29 mars, 2017 au canal Sandeep Sanguru sur YouTube.

Une fois la conception décidée et le dessin terminé, un métier à tisser est mis en place et le coton est filé. Cette configuration permet aux tisseurs de tisser à la main un nouveau tapis sur le cadre appelé le métier à tisser. Les colonnes de fil (appelés chaînes) sont étirées verticalement ou horizontalement en fonction du type de métier. Les chaînes sont généralement faites de coton, fournissant une surface idéale pour un tapis plat et droit. Le tisserand sécurise les chaînes en arrangeant des rangées horizontales appelées trames (généralement en coton, laine ou soie).

Une fois le métier à tisser en place, la lecture du talim par un maître tisserand aux tisserands peut commencer. Cela peut ou non se produire en fonction de la taille du tapis et de la familiarité de la conception par les tisserands eux-mêmes. En règle générale, si le tapis tissé est petit et a été tissé plusieurs fois par une famille de tisserands, la lecture du talim n'est pas requise. Ces tisserands ont en effet mémorisé le dessin dans les rouleaux de leur mémoire. C'est un phénomène courant dans les dessins de petits tapis tribaux qui sont souvent transmis de génération en génération, d'enseignant à élève.

Cependant, si la conception n'est pas familière aux tisserands ou doit s'appliquer à un tapis de taille moyenne voire grande, alors l'aide d'un maître tisserand pour la lecture du talim sera nécessaire. Le maître tisserand, parfois appelé le wasta , prononcé ousta ou encore talim guru conduit les tisserands en chantant. Il ne parle à aucun tisserand en particulier mais à tout le monde en même temps. Dans certains cas, le maître tisserand a mémorisé le tapis au point qu'il n'a pas besoin du talim . Il utilise les rouleaux de sa mémoire pour guider les tisserands. Dans ce dernier cas, le talim devient plus un guide de référence. En général, dans un cadre chaleureux, pour le tissage d’un tapis sur un métier vertical, les tisseurs sont assis à genoux face au métier et commencent à tisser.

2. Le tissage


Clip vidéo intitulé « Navajo Design Rugs Being Hand Woven in Pakistan », soit « Tapis Navajo tissés à la main au Pakistan ». Filmé au Pakistan.
Publié le 22 juin, 2014 au canal Zain Home Collection sur YouTube.

Les tapis tissés à la main sont souvent appelés «tissés à plat» parce qu'ils sont plats et ne contiennent pas de poils. En fait, ils n'ont aucun noeud. Ces types de tapis, en fonction de leur lieu d'origine, sont aussi appelé kilims, dhurries et tapisseries car ils sont tissés à plat. Dans un tapis tissé à plat, des fils de trame colorés sont tissés à travers les chaînes pour créer le motif. Ils sont davantage tissés comme un panier, rendant le dessus et le dessous identiques et donc réversibles. Les dessous de plat que beaucoup d'entre nous ont vus durant l'enfance et qui les utilisent encore aujourd'hui sont en fait des tissages à plat. Les tapis à tissage plat sont disponibles à tous les prix et sont plus abordables pour les familles qui font des achats à petit budget. Ils sont fabriqués à partir de fibres naturelles telles que la laine, le coton et le chanvre, ce qui les rend plus hygiéniques pour les familles par rapport aux tapis synthétiques qui peuvent être toxiques.

3. Le rasage

Une fois que le tissage terminé, le tapis est retiré du métier pour le processus de rasage. Pendant la coupe, les fibres inutiles sont enlevées et les nœuds qui apparaissent à l'arrière du tapis sont maintenus pour le lissage. Après cela, le tapis est amené à une surface bien nivelée et des ciseaux longs spécialement conçus sont utilisés pour commencer le processus de coupe. Une main douce et compétente se déplace sur le tapis pendant plusieurs jours. Tous les motifs et couleurs sont rendus distincts et clairs, en accord avec le design. Le niveau de la pile est lissé, ce qui améliore la clarté et l'originalité des dessins. Si désiré, la sculpture avec les ciseaux assure des lignes claires et distinctes.

Rasage du tapis après la production pour les détaillants de tapis étrangers.
Photographe: Mehmet O (Date non mentionnée)
Rasage du tapis après la production pour les détaillants de tapis étrangers.

4. Le lavage des tapis tissé à la main

Après la coupe, le tapis subit une procédure de lavage rigoureuse avec de l'eau fraîche et des produits de lavage écologiques jusqu'à ce que les tapis soient propres et prennent une texture et un aspect doux (des herbes naturelles sont également utilisées). Une fois le tapis correctement lavé, il est séché à la lumière du soleil jusqu'à cinq jours.

Des femmes iraniennes lavent un tapis tissé à la main dans un lac
Photographe: Nasiri Carpets (2017)
Des femmes iraniennes lavent un tapis tissé à la main dans un lac. Tiré de Architectural Digest

5. L'Étirage

Les tapis sont étirés de tous côtés à l'aide d'un équipement semblable à un étau et attachés sur un cadre métallique pendant environ une journée pour assurer leur forme et leur taille.

6. Les Finitions et l'Inspection

Une fois complètement sec, le tapis est minutieusement vérifié par rapport à la mesure précise et une touche finale est apportée par un réajustement, ce qui en fait un exemple élégant et qualitatifs de l’artisanat de la fabrication. Le tapis subit une inspection finale stricte avant la livraison aux marchés étrangers. Il est inspecté à plusieurs reprises à chaque étape du processus. Cela entraîne la recherche de petites erreurs dans le modèle, qui sont corrigées par une équipe assignée. Chaque tapis est étiré pour s'assurer qu'il est exactement droit et fidèle aux mesures. Les lignes sont vérifiées pour s'assurer qu'il s'aligne comme il est supposé le faire. Les franges sont également mesurées et ajustées si nécessaire.

Des marchands de tapis évaluent la qualité d'un tapis tissé.
Photographe: Perry, Eric (2017, Mai 11)
Des marchands de tapis évaluent la qualité d'un tapis tissé. Tiré de Architectural Digest

Un tapis kilim tissé à la main, fait de laine pure en Afghanistan.
Photographe: Tahar, Abdel (23 mai 2018)
Un tapis kilim tissé à la main, fait de laine pure en Afghanistan. Tiré de la collection Tapis d'Orient Bashir

7. L'emballage

Une fois que le tapis tissé est inspecté, le processus d'emballage et d'envoi aux acheteurs étrangers commence. Il est important de noter que l'emballage n'est pas toujours le même et varie d'un fournisseur à l'autre. Cependant, la plupart des fournisseurs de tapis fourniront l'emballage à double couche. En d'autres termes, une fois le tapis roulé, il est d'abord enveloppé dans du plastique (généralement du polythène transparent) suivi d'une couche externe plus résistante de toile de jute ou de toile blanche. Ceci permettra au tapis roulé d'être imperméable à l'humidité et de ne pas être endommagé pendant l'expédition. Dans le cas de vendeurs plus professionnels et expérimentés, le tapis est roulé autour d'un support central, comme un tube en carton ou en plastique, afin d'éviter les plis ou la flexion en transit par voie maritime ou aérienne.

Des tapis Kilim roulés et prêts pour être emballés.
Photographe: Trajkovski, Martin (Date non mentionnée)
Des tapis Kilim avec des motifs de la Macédoine, roulés et prêts à être emballés.